Les Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie

De notre consécration découle notre mission : contempler, vivre et annoncer au monde l’amour de Dieu incarné en Jésus. Marie a été associée d’une manière particulière à ce mystère de Dieu fait Homme et à son œuvre salvatrice, ce que nous exprimons par l’union du Cœur de Jésus et du Cœur de Marie.
Constitutions Chapitre 1er, article 2

Le Cœur de Jésus

jesus, christ, sacred heart

Le cœur, dans la Bible, c’est la personne, l’être intime et unique, le centre et la source de notre vie intérieure. Quand nous nous référons au Cœur de Jésus, nous exprimons le désir, la joie, la tristesse, la tendresse, la peur, la colère qui se manifestent à travers les expressions de son regard, ses paroles et ses gestes. Dire “Cœur de Jésus” c’est parler du centre de Jésus d’où partent ses choix, sa passion pour son Père et pour le Règne. C’est aussi nous référer au centre à partir duquel Jésus a pris les décisions cruciales de sa vie terrestre, la source de laquelle jaillit son regard positif sur la vie et sur l’histoire puisque pour Lui, en définitive, tout repose entre les mains de son Père.

« Marcher à la suite du Christ » (Mt 16, 24) dans le don de sa vie par amour, le chrétien ne peut le faire vraiment qu’en accueillant en son propre cœur l’amour du Cœur de Jésus.  

Regarder le Cœur de Jésus, c’est connaître et aimer Jésus comme un homme totalement donné aux autres. C’est voir et expérimenter comment Il entre en contact avec les pauvres et les malades qu’Il a cherché à guérir et à qui il a voulu donner l’espérance. C’est contempler la manière dont il a partagé la vie de ses disciples et les a invités à une profonde amitié à son égard.

Dans la mesure où nous découvrons la profondeur de son Cœur, nous voulons, nous aussi, adopter ce même comportement, en nous décentrant de nous-mêmes pour nous centrer sur les autres. Mais Jésus n’est pas seulement un homme pour les autres, Il est aussi et surtout un homme dont toute la vie est orientée vers la recherche et l’accomplissement de la volonté du Père. Cette confiance et cette simplicité de Jésus se résument à son obéissance.

Le Cœur de Jésus nous appelle à porter sur toutes choses le regard plein d’amour de Dieu parce qu’en Jésus “Lui nous a aimés le premier.” (1 Jn 4-10). Nous connaissons et expérimentons l’unité radicale de la personne de Jésus dans le symbolisme de son Cœur, c’est à dire dans l’amour de celui qui “m’a aimé et s’est livré pour moi.” (Ga 2, 20).

« Retracer les quatre âges de notre Seigneur Jésus-Christ ; son enfance, sa vie cachée, sa vie évangélique, et sa vie crucifiée » défini comme but de notre institut par nos fondateurs (cf. Constitutions de 1817), recouvre à la fois :

Le Cœur de Marie

Marie – note saint Jean Eudes en reprenant l’enseignement de Saint Augustin – a conçu le Fils de Dieu dans son Cœur virginal, avant de le concevoir dans sa chair. Ainsi elle l’a porté dans son Cœur dès le premier moment de sa vie et elle le portera éternellement.

Parler du Cœur de Marie c’est dire quelque chose de ce centre merveilleux dans lequel nous pouvons sonder la plus parfaite réponse d’une créature humaine à l’amour de Dieu. Le Cœur de Marie est un cœur virginal dont la pureté n’a jamais été tâchée par le péché ; un cœur qui battait à l’unisson de celui de son Fils car, en vérité, c’était un seul cœur, une seule âme, une seule vie.

Connaître le cœur maternel de Marie, c’est savoir que Marie a vécu des expériences joyeuses et des expériences douloureuses. A travers tout cela, elle a su voir la présence silencieuse de Dieu. Sans doute la plus grande leçon que nous apprenons d’elle c’est que sa foi va au-delà des résultats concrets, des satisfactions immédiates, pour être ferme, debout près de la Croix de Jésus.

Avec raison nous aimons aussi souligner que la note la plus caractéristique, la plus centrale du Cœur de Marie, c’est l’amour. Si elle a assumé sa mission de Mère à l’Annonciation, si elle a attendu patiemment le temps déconcertant de Dieu pour faire advenir le Royaume, si elle a été si loin dans son hymne en disant que Dieu “renverse les potentats de leurs trônes et élève les humbles” (Lc 1, 52), c’est parce que l’amour surabondant de Dieu œuvrait en elle et qu’elle l’a alors traduit en actes et en paroles.

Comme le Père éternel a donné à Marie le pouvoir de concevoir son Fils premièrement dans son Cœur et ensuite dans son sein virginal, de même il lui a donné la puissance de le former dans les cœurs des enfants d’Adam.

Comme l’a écrit Louis-Marie Grignion de Montfort, la consécration au Cœur immaculé de Marie ne double pas notre consécration au Christ : se consacrer à Marie est une manière excellente de se consacrer à Jésus lui-même. Puisque la Vierge Marie est le moyen dont Notre Seigneur s’est servi pour venir à nous, c’est aussi le moyen dont nous devons nous servir pour aller à lui.

 

D’après Hilário França sscc, Le cœur de Jésus et le cœur de Marie